Rencontre avec Basile, fondateur de Bilan Kiné

27 janvier 2020 0 Par Adrien Bourzat
bilan-kine-basile-bernard

Basile Bernard

Fondateur de bilankiné.fr

Présentation

Bonjour Basile, peux tu te présenter à la communauté des kinésithérapeutes Happy ?

Bonjour Adrien ! J’ai 42 ans, je suis entrepreneur et à la suite d’une rencontre avec Benjamin, kinésithérapeute à Perpignan, nous avons créé une application pour les kinés qui s’appelle Bilan Kiné.

J’ai découvert à cette occasion le monde des kinés, que je ne connaissais pas, et cela fait maintenant 18 mois que Bilan Kiné est lancé, et tout se passe bien jusqu’à maintenant.

ITW-KINE_05-bilan-kine

Peux-tu détailler les avantages pour un kiné de facturer ses bilans ?

Tous les cas de figure existent aujourd’hui : ceux qui ne facturent pas et ceux qui facturent. 

La proportion des kinés qui facturent les bilans était ridicule en 2016 (5%) et augmente chaque année. 

Les acteurs sur le « marché » du bilan sont de plus en plus nombreux, et développe un effort commercial qui se ressent dans les usages.

D’autre part, les contrôles des différences caisses, que ce soit en direct auprès du kiné ou en demandant au médecin prescripteur s’il/elle a reçu le BDK de la part du kiné, ces contrôles sont plus nombreux, et plus orientés vers les bilans. En effet, le bilan est un élément « facile » à contrôler puisqu’il suffit de vérifier l’existence ou non des-dits bilans.

Il est difficile de savoir à quoi attribuer l’évolution des mentalités en ce qui concerne les bilans, mais force est de constater que les différents avenants récents étaient très orientés « bilan ».

Bilan Kiné

De multiples solutions proposent aujourd’hui des solutions de bilans pour les kinés, en quoi Bilan Kiné se différencie t-il ? 

Pour tout dire, Bilan Kiné est même « le petit dernier », puisque nous sommes les derniers à avoir lancé notre solution.

Et c’est bien parce que nous avions l’impression que les produits existants en répondaient pas à toutes les problématiques kiné.

Certains produits sont quasi encyclopédiques mais demandent en conséquence de passer un temps beaucoup plus important sur l’établissement des bilans. Il nous a semblé que beaucoup de kinés n’ont pas besoin d’aller aussi loin dans le bilan (ne serait-ce que parce que la plupart des pathologies sont « plus simples ») et qu’un produit qui permet de faire vite & bien en ne sacrifiant ni le vite, ni le bien serait bien accueilli.

Un an plus tard, il semble que nous ne nous sommes pas trompé puisque nos utilisateurs sont globalement satisfaits voire très satisfaits de Bilan Kiné

Peux-tu nous en dire un peu plus sur la sécurisation des données chez Bilan Kiné ?

Bilan Kiné est une webapp (les puristes diraient un SAAS) 

Ce qui veut dire qu’à chaque fois que vous voulez vous connecter à Bilan Kiné pour accéder à vos données, vous devez rentrer un login et un mot de passe, que vous soyez sur votre ordi, votre téléphone ou votre tablette. 

Les données sont stockées sur un serveur OVH en France, et pas sur votre ordi, ni votre téléphone ni votre tablette. 

La différence avec les app traditionnelles, c’est que si un indélicat vous vole la tablette qui sert à faire les bilans au cabinet, dans le cas d’une app, il peut accéder à vos bilans en ouvrant simplement l’application alors qu’avec Bilan Kiné, il ne pourra rien faire sans votre code d’identification.

Comment vois-tu le développement de Bilan Kiné ces prochains mois ou prochaines années ? 

Les axes de développement actuels sont l’intégration des plateformes de messagerie sécurisée type MS Santé et le rattachement au DMP.

Ainsi que la certification HDS pour éviter d’avoir à sous traiter cette partie. 

Naturellement, nous faisons des modifs chaque semaine suivant les suggestions de nos utilisateurs pour améliorer les bilans générés. 

Chez App’Ines, nous sommes très sensible à l’humain ! Y’a t’il un support pour gérer les imprévus ?

Bien sûr, nous sommes dispos par mail, chat et téléphone pour aider nos utilisateurs. Mais à vrai dire, l’un de nos objectifs est d’avoir un produit le plus intuitif possible afin que les seules demandes de support se résument à des ajouts de fonctionnalités et des signalements de bug. 

Pour l’instant, c’est ce qu’il se passe : les nouveaux utilisateurs nous contactent pour de l’aide à l’import des données patientèle, pose une ou deux questions sur ce que l’on peut rajouter et ensuite « disparaissent dans la nature » une fois familiarisés avec l’outil. 

Aperçu de la solution avec quelques écrans