Canicule : Vous prendrez bien une petite glace ?

Canicule : Vous prendrez bien une petite glace ?

4 août 2018 0 Par Will

C’est l’été… et combien d’entre nous aurons eu le fameux « il fait trop chaud » en guise de présentation devant un patient en ces jours de canicule ?

Comme le dit notre grand leader à tous, « il y a des gens qui supportent mal la chaleur » mais comment leur en vouloir ? Souvent inconsidérées, les vagues de chaleur sont causes de décès chez les personnes avec une prédisposition aux maladies cardiovasculaires.

Quelques petits rappels s’imposent pendant une canicule

Une de nos obligations en tant que kinésithérapeute est la prévention – surtout en plan canicule – mais d’abord essayons de comprendre la température.

Le stress thermique est déterminé par la production métabolique de chaleur du corps qui augmente avec le niveau d’activité et la capacité à perdre de la chaleur dans l’environnement, de sorte que la chaleur stockée dans le corps n’augmente pas la température corporelle à des niveaux inacceptables.

Les vêtements limitent la perte de chaleur (ou le gain) entre la peau et l’environnement, qui est déterminée par la température de l’air, la température radiante, l’humidité et la vitesse de l’air. C’est l’interaction et l’effet combiné de ces facteurs qui déterminent le niveau de stress thermique.

Corps-Homme-Electricité

« Au repos le corps humain produit l’équivalent de 100 W »

La contrainte thermique est une conséquence de la réponse du corps au stress thermique. L’augmentation de la fréquence cardiaque et du flux sanguin vers la peau, ainsi que la transpiration, peuvent favoriser l’apparition de maladie et la mort chez les personnes vulnérables même lorsque la température corporelle interne est à un niveau normalement considéré comme acceptable. La transpiration peut entraîner une déshydratation, comme l’augmentation de la température corporelle, peut entraîner un collapsus, une hyperthermie et parfois la mort.

Bon alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Je vous épargne des sueurs froides pour l’explication physiologique de la chaleur ne vous inquiétez pas ! Mais tout de même, prenons conscience que les troubles thermiques surviennent pour une ou plusieurs des trois raisons suivantes :

  • L’existence de facteurs tels que la déshydratation ou le manque d’acclimatation ;
  • Le faible niveau d’appréciation des dangers de la chaleur, que ce soit de la part de l’autorité de surveillance ou des personnes à risque ;
  • Les circonstances accidentelles ou imprévues entraînant une exposition à un stress thermique très élevé.

Donc concrètement, le maitre mot comme toujours c’est… l’adaptation, autant du professionnel de santé que du patient. Gardez à l’esprit que chaque patient est différent !

L’acclimatation se comprend sous deux formes : comportementale et physiologique.

  • L’acclimatation comportementale est la plus efficace et permet un meilleur contrôle des facteurs externes. On comprend vite les stratégies à adopter lorsque la température augmente, à savoir boire et se protéger à l’ombre mais lorsque la température atteint le seuil de tolérance, il est nécessaire de réduire la charge de travail liée à l’activité physique ainsi que d’augmenter la fréquence et la durée des pauses.
  • Il existe aussi des stratégies physiologiques pour améliorer la résistance à la chaleur mais nous n’allons pas les aborder ici car le sujet est vaste et encore sujet à débat. Si le sujet vous intéresse n’hésitez à réagir à l’article et j’y répondrais volontiers. Notez cependant que l’adaptation à la chaleur dépend grandement du sujet et se destine davantage aux personnes en bonne condition physique.

Pour les personnes moins en forme et vulnérables, les réponses physiologiques telles que l’augmentation de la fréquence cardiaque, la transpiration prolongée et les réactions respiratoires (liées à la qualité de l’air ou à la sécheresse) constitueront une menace. L’augmentation de la température corporelle constituera éventuellement une menace pour la santé, mais elle ne sera peut-être pas la principale cause de maladie et de décès lors d’une vague de chaleur.

Alors, que faisons-nous pour maintenir la santé ? Nous mettons en place un système de gestion pour s’assurer que les personnes ne sont pas exposées à un stress thermique inacceptable. Alors n’hésitez pas, suggérez le plus possible de solutions à vos patients !

Vous pouvez consulter le site Ameli qui fournit quelques solutions, ainsi que suivre quelques-unes des recommandations suivante que nous tirons de plusieurs guidelines ainsi que de l’ouvrage Climate change and adaptation strategies for human health référencé par l’OMS :

  • Inciter les gens à quitter leur résidence la journée si possible s’il fait trop chaud pour rejoindre un lieu climatisé comme par exemple : une bibliothèque publique, un centre commercial, un musée, etc.
  • Plonger simplement les mains et les pieds dans de l’eau froide pour réduire les contraintes thermiques. Immerger les mains et les bras dans de l’eau froide est un moyen pratique et peu coûteux pour les personnes vulnérables afin d’éviter les problèmes de santé liés à la chaleur.
  • Rafraichir les extrémités en utilisant des blocs de glace (ice pack, surgelé de petits pois, bouteilles d’eau congelées) en les disposant aux niveaux des pieds et des mains.
  • Pour les chanceux qui disposeraient d’une baignoire, la remplir de moitié, à environ 38°C, et s’immerger dedans. Remplir ensuite le bain d’eau froide afin de rafraichir le corps de manière à éviter le stress thermique. L’eau chaude initiale favorisera la vasodilatation et ne provoquera pas de choc thermique, ce qui pourrait éventuellement se produire à contrario avec de l’eau froide et pression sanguine plus élevée.
    En procédant ainsi, le corps ne détectera pas le refroidissement lent et à environ 30°C, un bain « froid » augmentera considérablement la perte de chaleur.
  • Il n’est pas nécessaire de refroidir un logement ou un bureau, à une température en dessous de 28°C lorsque les activités physiques sont faibles voire nulles. C’est la température optimale pour un bon ratio confort / inconfort de chaleur et coût énergétique. Il est fréquent de réduire cette température en dessous de 20°C, ce qui peut engendrer de l’inconfort au froid et une différence trop importante de température entre intérieur et extérieur.
  • Rester actif et participer à des activités en équipe sont des facteurs tout aussi déterminants. De nombreuses études montrent que dans des situations de fortes chaleurs, ces facteurs évitent une forte chute de productivité lorsque le confort thermal est impossible.
  • La pulvérisation d’eau sur le visage ou peau exposés à la chaleur, additionné à un système d’air pulsé (ventilateur par exemple) favorise le refroidissement corporel. Attention, la direction et la force des ventilateurs doivent être contrôlées car l’évaporation des muqueuses des voies respiratoires et l’humidité des yeux peuvent provoquer des irritations et des problèmes respiratoires.

ventilateur

A noter que d’après une étude australienne du Thermal Ergonomics Laboratory, il s’agirait de la meilleure technique de réduction de température eco-friendly (sans utiliser d’air conditionné) à adopter en l’ajustant selon le type de canicule et de la capacité à transpirer du patient.

Contrairement aux directives de santé publique existantes sur l’utilisation de ventilateurs pendant une canicule, ils ont démontré que ces dispositifs de refroidissement sont très efficaces jusqu’à 42°C et une humidité relative (HR) de 50% pour les jeunes en bonne santé, mais moins efficaces chez les personnes âgées (> 65 ans) dû à une diminution de la capacité à transpirer liée à l’âge.

Cependant, lors de forte canicule (46°C et plus) et une faible humidité relative (<15% HR), toute la transpiration s’évapore rapidement et les ventilateurs ne font que brasser de l’air chaud ce qui ne fait qu’augmenter la chaleur corporelle, même chez les sujets jeunes. Cette limitation peut toutefois être compensée en mouillant la peau avec une éponge et / ou en plaçant les pieds dans un seau d’eau froide.

Et parce que chez App‘Ines on pense qu’un praticien Happy est aussi un praticien qui se fait plaisir alors n’hésitez pas, faites comme nous…

via GIPHY

Pour aller plus loin – nos sources:

Should electric fans be used during a heat wave?

Heat waves, aging, and human cardiovascular health

The Effects of Heat Adaptation on Physiology, Perception and Exercise Performance in the Heat: A Meta-Analysis.

Maintaining health, comfort and productivity in heat waves